Retour sur la Maker Faire Paris 2014

| 4 Comments | 8 minutes read

Les 21 et 22 juin a eu lieu au 104 à Paris la première Maker Faire française, après la Mini Maker Faire de Saint-Malo, et organisée par Le FabShop. Ayant pu aller y faire un tour, il ne reste plus qu’à faire un compte rendu de ce que j’ai pu y voir.

 Qu’est ce qu’une Maker Faire ?

Makey, la mascotte de la Maker Faire

Makey, la mascotte de la Maker Faire

Le nom de Maker Faire peut se comprendre comme « Foire aux fabricants », « Faire » étant une forme vieillie du mot « Fair » signifiant « Foire », et comme un jeu de mots entre « Maker » (fabricant) et « Faire » (le verbe français). Donc une Maker Faire est la grand-messe des adeptes du mouvement des makers, dédiée au DIY (Do It Yourself) et DIWO (Do It With Others). On y trouve autant les makers eux-mêmes, qui viennent y présenter leurs dernières inventions (que ce soit dans le domaine pratique, ludique, éducatif ou artistique), que les fabricants de matériel dédié à ces derniers (à savoir : imprimantes 3D, graveuses et découpeuses, matériel de prototypage électronique, etc.)

Pour information, la Maker Faire est une manifestation sous licence, les droits sur les noms et logos étant détenus par le magazine Make.

Que peut-on trouver à la Maker Faire de Paris?

Outre les différents ateliers (dont celui de soudure organisé par nos amis de Snootlab) et conférences auxquelles je n’ai pu assister par manque de temps, la Maker Faire était organisée en différentes sections thématiques : bidouille électronique, village 3D, robotique, un coin plus institutionnel, et un coin un peu plus fourre-tout.

Ne pouvant pas faire un compte rendu détaillé de l’ensemble des stands, je vais plutôt faire une sélection de ce qui m’a le plus tapé dans l’œil.

Bidouille électronique

Ploc (Epitech) : un système d’arrosage automatique de plante verte, constitué d’une carte Intel Galileo, de capteurs d’humidité (des clous achetés dans un magasin de bricolage), et d’une pompe. Une interface web permet de savoir à tout moment s’il y a assez d’eau dans le réservoir, et de quand date le dernier arrosage automatique. 

Ploc

Ploc

Moti (leka) : une boule robotisée programmable basée sur une carte Arduino, destinée aux enfants atteints d’autisme, conçue pour créer une interaction, dans un cadre éducatif.

Moti

Moti

Robot Cubes (Jeremy Laville) : des cubes robotisés. Ont été créés : un Rubik’s Cube devant se résoudre tout seul (encore en cours de développement), un cube roulant, et un cube “ouvrant”, dont le comportement dépend de la face sur laquelle il est posé. 

Interactive Music Battle (Phonotonic) : deux personnes portent un capteur de mouvements, l’un des capteur donne le rythme musical, le second ajoutant une mélodie en fonction de ses mouvements, le tout étant contrôlé par une application mobile. Pour la vidéo ci-dessous, allumez vos enceintes

La pédale à copier / coller (Philippe Brouard) : comme son nom l’indique, une pédale pour copier le texte sélectionné, et une autre pour coller le texte copié.

 

Double pédale à copier / coller

Double pédale à copier / coller

Play communs (ultra-ordinaire) : de petits robots à construire par les enfants, avec des patrons à imprimer et à colorier pour les habiller, le tout conçu par un collectif tou-tou-tou-toulousaing !

Play communs

Play communs

 

Village 3D

Dans cette partie de la Maker Faire, beaucoup d’imprimantes 3D, mais aussi quelques services et produits sortant du lot. 3Doodler et leStylo3D : des stylos 3D, permettant de dessiner… en 3D. J’ai pu essayer le premier, mais le résultat n’a pas été concluant. Il faut vraiment le coup de main pour arriver à quelque chose de potable.

Essai du 3Doodler

Essai du 3Doodler

Cults : Un service à la Thingiverse, made in France. Ce site permet de télécharger et de mettre à disposition du public des modèles 3D pour votre imprimante.

HoloMake : l’impression 3D manuelle à l’aide d’hologrammes, ou une aide à la fabrication manuelle en réalité augmentée. Il s’agit ici d’aider à la fabrication d’un objet 3D à partir d’un bloc de cire ou d’argile en superposant un hologramme qui va afficher chaque « tranche » de votre objet final pour vous donner une idée de la matière à enlever.Difficile à expliquer à l’écrit, je vous conseille fortement de voir la vidéo de présentation sur leur site.

HoloMake

HoloMake

HoloMake : le plan de travail avec l'hologramme affiché en surimpression

HoloMake : le plan de travail avec l’hologramme affiché en surimpression

Filocalio : un filament pour imprimante 3D en partie fait de fibre de bois, et utilisable par les imprimantes fonctionnant avec du PLA ou de l’ABS. En cours de finalisation, le produit demande encore un peu de travail sur les températures d’impression.

Shapeways : un service d’impression 3D à la demande. Vous envoyez votre modèle 3D, et il peut être imprimé à l’aide de divers matériaux : nylon, métal, céramique, etc. J’ai pu y voir des impressions de mailles en nylon se comportant comme du tissu.

Résultat d'impression d'un maillage par shapeways, en nylon

Résultat d’impression d’un maillage par shapeways, en nylon

Robotique

 

Poppy Project : Un robot Open source imprimable en 3D.

Poppy Project

Poppy Project

InMoov : Un autre robot open source et imprimable en 3D, mais cette fois à échelle humaine. Il peut être piloté à la voix, et saisir des objets placés devant lui (coordination vision / motricité). L’exemple en démonstration pendant la Maker Faire était d’attraper une balle de tennis tenue devant lui.

InMoov

InMoov

Evotion : Une start-up évènementielle autour de la robotique. Ont été présentés un robot dansant (vidéo ci-dessous), ainsi qu’un robot majordome / assistant nommé Sheldon (capable entre autres choses d’apporter des plateaux de boissons dans les réceptions, ou bien des outils à un coiffeur).

Concours robotique MATLAB : Des robots pré-construits doivent simuler des visites de sites martiens pré-déterminés, le plus rapidement possible. Arrivé pendant les essais, je n’ai malheureusement pas pu assister au déroulement du concours.

Concours robotique MATLAB

Concours robotique MATLAB

 

Éducatif

platypi.cc : des ateliers éducatifs sur l’électronique et la robotique dès l’âge de 4 ans. Pour simplifier le montage des circuits, ces derniers sont dessinés sur une feuille de papier, et l’enfant n’a plus qu’à les redessiner par dessus à l’aide de bandes conductrices, et de souder quelques composants (dans le cas ci-dessous, une LED et une résistance).

Platypi.cc

Platypi.cc

Scientibox : un abonnement permet de recevoir chaque mois à domicile un coffret avec un magazine et un kit scientifique sur un thème donné. C’est comme Pif Gadget, mais en mieux 🙂

ScientiBox

ScientiBox

littleBits : des kits pour amener les plus jeunes à l’électronique de manière aisée : pas besoin de soudure, chaque module (LED, interrupteur, moteur, etc) se fixe par aimantation aux autres et réalise ainsi la jonction électrique.

Divers

La casemate : ce centre de culture scientifique, technique et industrielle de Grenoble proposait un mini appareil photo construit sur le principe de la chambre noire (une boite fermée, un trou d’aiguille d’un côté, et une pellicule de l’autre), et proposait aux visiteurs de la Maker Faire de photographier quelque chose au sein de l’exposition. Les photos seront ensuite développées et publiés à l’adresse suivante : https://www.flickr.com/photos/ccstigrenoble/sets/ dans l’album « Maker Faire Paris » (pas encore en ligne lors de la rédaction de ce billet).

Intérieur appareil photo

Intérieur appareil photo

Extérieur appareil photo

Extérieur appareil photo

Fairy Tell Me : ce projet d’étudiants de l’école des Gobelins propose à l’enfant d’imprimer (sur papier) un modèle de personnage à colorier à sa convenance, de le photographier depuis l’application Fairy Tell Me, et hop : il devient le personnage d’un jeu d’aventure.

Fairy Tell Me

Fairy Tell Me

Happy Trucs (We Love The Net) : deux projets coups de cœur. Little Umbrella, un petit parapluie de cocktail connecté à Internet qui s’ouvre quand de la pluie est prévue dans les six heures au lieu choisi, et Pegman Vaudou, une poupée vaudou elle aussi connectée à Internet qui vibre (et fait sonner la clochette accrochée à son cou) chaque fois qu’un terme donné est indexé par Google.

Pegman Vaudou

Pegman Vaudou

Little Umbrella

Little Umbrella

PancakeBot : une imprimante qui crée des pancakes de la forme souhaitée en direct. Au lieu de déposer des filaments de plastique, elle va déposer de la pâte sur une plaque chauffante.

PancakeBot

PancakeBot

Drawn : de l’impression de mobilier en 3D, rien que ça.

Drawn

Drawn

 Pour conclure

Cette première édition d’une Maker Faire française était à mon avis un bon cru. En quatre heures sur place, je n’ai pas vraiment eu le temps de m’ennuyer et y ai découvert plein de choses intéressantes. En tout cas, ce qui m’a le plus frappé était le grand nombre de personnes présentes : je n’aurai pas imaginé que le DIY puisse avoir autant de succès, surtout auprès de la population non barbue 🙂

La Maker Faire Paris : un succès

La Maker Faire Paris : un succès

Arnaud Boudou Author: Arnaud Boudou

Développeur Java et mobile (iOS) ; enthousiaste des TIC ; photographe amateur (un jour, peut-être…).

Mes hashtags : #j2ee #objc #raspberrypi #inneedforgadgetry

@boudouarnaud sur Twitter

Like it?  Share  it!

Share Button

4 Comments

  1. Pingback: Retour sur la Maker Faire Paris 2014 - ekito pe...

  2. Sympa d’avoir un retour sur l’évènement ! En tant qu’exposant, il a été bien difficile de tout voir 🙂 Un avantage tout de même on a pu rencontré tout ce petit monde le soir autour d’un verre !

  3. Arnaud Boudou

    Oui, je me doute qu’en tant qu’exposant on en voit moins qu’en tant que visiteur. Mais le visiteur n’a pas droit au pot de soirée lui 🙂

  4. Pingback: Retour sur la Maker Faire Paris 2015 - ekito peopleekito people

What do  You  think? Write a comment!

Leave a Reply

Required fields are marked *.


CommentLuv badge