La loi de Bigstein ou quand Pirate rencontre Roi

| 2 Comments | 3 minutes read

Vous connaissez ekito, nous accompagnons les Rois et les Pirates.

Lorsqu’il s’agit de les faire se rencontrer, nous sommes souvent confrontés à trois problèmes principaux :

Le temps, les gens, l’image.

 

Le temps : La loi de Bigstein

Ne cherchez pas sur le net, c’est nouveau et lamentablement inspiré d’Einstein. Pourquoi ?

Je cherchais une raison physique, universelle pour comprendre le gouffre qui existe entre ces deux types d’entreprises : les grands groupes et les startups. Puis je me suis souvenu de mes cours de cinétique.

La formule de l’énergie donnait : E = 1/2 MV² (Théorème de König)

Si l’on cherche à comprendre le lien entre la masse et la vitesse, la formule devient :

 

V =  √(2E/M)

 

La vitesse est donc bien proportionnelle à (la racine carrée de) l’inverse de la masse. CQFD, c’est une loi de la nature. Et encore je pense que la racine carrée sous-estime largement cette inversion de proportionnalité.

Les startups et les grands groupes sont dans deux échelles de temps en complète opposition.

La startup est dans l’action, il faut agir rapidement, donc décider rapidement. Rien ne l’empêche, pas de risque, c’est un acte entrepreneurial par évidence, de l’expérimentation en continu.

Les grands groupes sont pilotés par la gestion du risque, il leur faut du temps pour décider après de multiples évaluations.

C’est un fait que les deux bords doivent comprendre pour travailler ensemble.

 

Les gens : 3 mois++

Une startup, c’est un, deux, allez… trois fondateurs à la tête.

Un grand groupe, c’est des chefs, des chefs et des chefs, y a même des chefs de chef des fois, mais jamais celui qui va bien.

Il faut au moins 3 mois pour trouver la bonne personne. Celle qui va comprendre l’intérêt de votre solution. Puis, il y a le “Ah, c’est pas moi qui décide”, et là c’est 3 mois de plus. Ensuite il vous faudra trouver celui qui a le chéquier, qui saura prendre une initiative sans prendre de risques.

 

L’image : Le miroir à deux têtes

L’image qu’ont les employés des grands groupes sur ce qu’est une startup : Non, une startup, c’est pas “ping pong et garage”. “ils ne font que s’amuser”, voilà ce que j’ai pu entendre. Cette image véhiculée un temps par les médias est fort heureusement en train de changer.

Et à contrario, les startups voient les grands groupes comme des grosses machines. Ce qui en un sens est vrai. Mais il y a aussi des grandes entreprises qui innovent encore, qui se mettent de plus en plus en mode “garage” aussi.

Il y a là un lieu de rencontre possible entre ces deux mondes

Attention toutefois, au startup-washing. Certaines entreprises n’arrivant plus à innover en interne, s’achètent des startups, créent des incubateurs et au final phagocytent ces jeunes pousses, les freinent dans leur innovation, dans leur approche du marché. Attention donc aux fausses promesses, aux faux partenariats. Cela peut vous entraîner dans un schéma client / fournisseur qui empêchera toute scalabilité possible.
Dans ce cas, la startup doit chercher plutôt une égalité d’intérêt. Adopter la bonne posture, ne pas se sous-estimer. Si le produit/service suscite l’intérêt, la startup ne doit pas avoir honte d’être une startup, ne doit pas avoir peur de vendre au bon prix. Il faut faire en sorte que la relation soit profitable dans les deux sens, valoriser les partenariats où le client devient investisseur (Patchwork fou en effectuation).

 

Bonnes vacances

Laurent Carbonnaux Author: Laurent Carbonnaux

J'aide et accompagne mes clients à transformer leur mode de production pour s'adapter aux changements de leur marché.
Ma phrase : "T'as voulu un vélo, alors pédale"
Mes hashtags : #agile #scrum #lean #agilewithguts

Like it?  Share  it!

Share Button

2 Comments

  1. Absolument d’accord avec votre analyse.
    Par contre, E = 1/2mv² ça n’est pas Einstein, c’est König 😉
    De même, la vitesse n’est pas proportionnelle à l’inverse de la masse ! Elle est proportionnelle à l’inverse de la racine carrée de la masse. Ça n’est pas pareil.
    D’ailleurs, malgré votre ressenti, la racine carrée décrit parfaitement le phénomène d’inertie … dans la nature.
    C’est peut-être différent pour les organisations humaines (racine cubique, logarithme, asymptote, que sais-je). Ce pourrait être un sujet de recherche intéressant d’ailleurs.
    Bien à vous.

What do  You  think? Write a comment!

Leave a Reply

Required fields are marked *.


CommentLuv badge