Je doute que vous lisiez cet article

| 3 minutes read

Avec FailCon nous vous avions parlé d’échec et de rebond, et bien maintenant je vais vous parler du doute et en quoi il est indispensable d’en avoir.

Parler du doute en entreprise, c’est comme parler des émotions, c’est tabou.
L’engagement que nous avons sur nos objectifs, notre indépendance pour ne pas dire solitude liée à un titre, un rôle, une organisation confondant délégation et responsabilité au sens coupable du terme fait que nous sommes “obligés” d’avoir des certitudes. Les certitudes peuvent à outrance devenir de l’entêtement et nous conduire dans le mur.
C’est là qu’intervient le doute.

Il faut remplacer ces certitudes par de l’ambition, et introduire le doute.
L’ambition, c’est “l’avoir envie de”, la vision. C’est indispensable. La certitude se restreint à une solution sans entrevoir les possibilités ou impossibilités de la vie.
Le doute permet quant à lui, d’affiner sa vision, en opérant par expérimentation, en validant ou invalidant les hypothèses prises. Le doute force l’écoute, ouvre les yeux. Ce n’est pas avoir peur. Ce qui fait peur, c’est de ne pouvoir atteindre un objectif qui nous a été fixé sans maîtriser ou même connaître les éléments le construisant.

Le doute conduit à de meilleurs solutions
Le doute c’est pire que l’échec. Oui, seul, le doute c’est le statu-quo, l’inaction. Il faut donc passer à l’action. Le doute n’est que le déclencheur d’expérimentations. Et c’est là toute son importance.
Quelque soit la méthode, on retrouve l’intérêt du doute. En agile avec ces itérations, on a un doute sur ce que veut le client, en lean startup avec ces mesures, on a un doute que cela réponde aux besoins du marché, et de façon un peu plus linéaire en Design Thinking, on a un doute sur le problème.
Le doute favorise l’expérimentation. La roue de Deming, vous vous souvenez, le truc des années 50 qui a fait de Toyota ce qu’ils sont maintenant et qui fonctionne encore. Le Plan, Do, Check, Act. Sans doute, pourquoi expérimenter, pourquoi vérifier si la solution que vous avez imaginée va fonctionner sans jamais l’avoir testée, avant ! “Crash tester” vos idées, disait Nicolas Gouy.

Le doute s’accompagne. Il se nourrit du collaboratif, de la “force de la multitude”, comme dirait Thomas.

D’une part, la certitude est une obligation individuelle attendue par le management. Cela crée des tensions dans une équipe. Cela peut même aller jusqu’à une incohérence de gouvernance lorsque les objectifs ne sont pas alignés.
D’autre part le doute profite du partage, puisque la réponse émerge de l’expérimentation, des faits, pas de discussion. De la réalité donc.

Aller, suffit de douter, je publie cet article, click !

Liens:
Deming, Roue de Deming
Nicolas Gouy , Agile with Guts – A pragmatic guide to value-driven development

Laurent Carbonnaux Author: Laurent Carbonnaux

J'aide et accompagne mes clients à transformer leur mode de production pour s'adapter aux changements de leur marché.
Ma phrase : "T'as voulu un vélo, alors pédale"
Mes hashtags : #agile #scrum #lean #agilewithguts

Like it?  Share  it!

Share Button